Heures d'ouverture: 8.00-17.00 | Lundi au vendredi
Nous joindre | 450.676.3444

TACHES PIGMENTAIRES

– Traitement des lésions pigmentaires par IPL

Au fil des années, certaines personnes voient apparaître sur leur peau des taches brunâtres, que l’on appelle « taches pigmentaires ». Ces lésions pigmentées se produisent généralement sur les régions du corps les plus exposées au soleil, soit le visage, le décolleté et les mains.

 

– Comment sont traitées les taches pigmentaires  ?

Plusieurs traitements sont offerts pour atténuer les taches pigmentaires. Parmi celles-ci, la technique de lumière intense pulsée (LIP), dont le procédé consiste à détruire la pigmentation sous l’effet de la chaleur de la lumière et ainsi atténuer les taches. Pour des résultats optimaux, il est recommandé de suivre une cure de quatre traitements. Il est à noter que tout de suite après le traitement, les taches peuvent temporairement prendre une teinte plus foncée. Ce traitement peut être combiné avec un peeling chimique doux pour améliorer la texture de la peau et égaliser le teint pour ainsi optimiser l’effacement graduel des taches.

– Existe-t-il un autre traitement que celui par IPL  ?

Une autre option offerte est le laser Erbium. Cet appareil de très haute précision à la fine pointe de la technologie émet un rayon lumineux pour procéder à l’ablation de l’épiderme en couches minces. Cette technique peut être effectuée sur la totalité du visage ou sur les parties les plus endommagées. Un seul traitement suffit avec, parfois, l’ajout d’un traitement d’appoint.  Suite à l’intervention au laser Erbium, la peau est rouge et enflée durant trois à cinq jours et nécessite des soins de base qui vous seront expliqués. Cette rougeur s’estompe graduellement dans les semaines qui suivent. Il faut s’assurer de bien protéger la peau avec une crème solaire de qualité et de FPS 30 et plus.

Suivez-nous en vous abonnant à notre page Facebook

Blogue la beauté en santé

ARTICLES RÉCENTS

COVID-19 : Avis de fermeture temporaire de la clinique

COVID-19 : Avis de fermeture temporaire de la clinique

Nous désirons vous aviser qu’à partir de vendredi 20 mars Clinimedspa fermera ses portes et l’ensemble des interventions seront reportées à une date ultérieure qui sera à déterminer. Selon les développements et les recommandations des autorités concernant le Covid-19, nous recontacterons tous nos patients afin de leur attribuer une nouvelle date de rendez-vous pour leur intervention, consultation et suivi.

Cependant, plusieurs mesures préventives ont été mises en place afin d’assurer la sécurité de notre personnel et de nos patients. Aucun membre du personnel n’a effectué de séjour à l’extérieur du pays depuis plus d’un mois et aucun membre de l’équipe ne présente de symptômes associés au Covid-19.

Paupière fatiguée ou tombante : comment faire la distinction?

Paupière fatiguée ou tombante : comment faire la distinction?

Vous ne savez pas faire la différence entre une paupière fatiguée et une paupière tombante ? S’il est vrai qu’une paupière fatiguée a tendance à retomber sur l’oeil, l’origine de ce résultat n’est pas la même. Voici donc quelques éléments qui vont vous permettre de faire la distinction entre une paupière fatiguée et une paupière tombante.

Le BOTOX, est-ce dangereux ? : les mythes vs la réalité

Le BOTOX, est-ce dangereux ? : les mythes vs la réalité

Le BOTOX issu de la toxine botulique (ou toxine botulinique) a généré bien des mythes au fil des ans concernant son utilisation et ses effets. Sa découverte remonte à la fin du 19e siècle par un médecin allemand. Il donna alors le nom de botulisme à une maladie issue d’un empoisonnement alimentaire mortelle causé par cette toxine. Son appellation vient du mot latin « botulus » qui veut dire « boyau d’animal » pour faire référence au boudin noir. Cette charcuterie fut à l’origine de cette intoxication qui causa un très grand nombre de décès. En outre, lors de la Deuxième Guerre mondiale, l’armée japonaise avait développé un agent paralysant mortel à partir de la toxine botulique. Toutefois, on devra attendre jusqu’en 1989 avant que la FDA (Food and Drug Administration) n’approuve l’utilisation thérapeutique de la toxine botulique purifiée.