Heures d'ouverture: 8.00-17.00 | Lundi au vendredi
Nous joindre | 450.676.3444

Traiter la gynécomastie par la musculation : est-ce suffisant ?

La gynécomastie est une hypertrophie des seins chez l’homme et elle est plus répandue qu’on ne le pense. Elle est extrêmement gênante, parfois douloureuse, et touche un sujet masculin sur deux. Certains tentent de traiter la gynécomastie par la musculation. En réalité, connaître son origine et bien évaluer les traitements permet de facilement éliminer la gêne que cette pathologie courante peut occasionner.

Les origines de la gynécomastie

La gynécomastie peut apparaître dès l’enfance ou l’adolescence. Elle peut se développer également après 70 ans. Ses causes sont diverses. Elles peuvent être dues à :

 

  • un transfert d’hormones par le placenta durant la grossesse
  • une montée d’hormones œstrogènes durant l’adolescence (suite à une prise de médicaments, par exemple)
  • une prise de stéroïdes anabolisant
  • l’obésité
  • la prise de marijuana et d’alcool
  • la production d’androgènes chez la personne âgée
  • certains cancers (des reins, des poumons ou des testicules)
  • des causes héréditaires

 

Chez l’enfant, cette perturbation au niveau de la poitrine peut disparaître en grandissant. Il n’est donc pas indiqué de traiter avant l’âge adulte.

Comment peut-on la traiter sans chirurgie ?

Certains préconiseront des crèmes à base d’hormones mâles, un régime équilibré et bio (agrémenté de curcuma) ou encore la musculation. Il existe aussi des t-shirts de compression pour masquer le problème.

 

Aucun remède miracle ne le fera disparaître cependant. Si la musculation semble ne pas pouvoir apporter de mal, est-ce pour autant que gynécomastie et musculation sont indiquées ?

 

Ceux qui ont essayé se plaignent de ne pas pouvoir développer des pectoraux parfaits. D’autre part, en cas de pratique de la musculation ou d’un sport à un haut niveau, la prise de stéroïdes anabolisants causera très souvent l’apparition ou l’aggravation d’une gynécomastie.

 

Les spécialistes des salles de musculation et des cabinets d’endocrinologie disent généralement que la musculation ne résout pas tout au niveau de la poitrine des hommes même sans prise de stéroïdes. La gynécomastie n’est pas un excès de graisse qui peut simplement fondre avec des exercices physiques. Si l’apparence de la poitrine peut être modifiée et raffermie par la musculation, le sein demeurera hypertrophié.

 

Si la source de la gynécomastie est hormonale, la musculation n’y changera rien. Par ailleurs, certaines gynécomasties sont asymétriques et ne touchent qu’un seul sein. En cas d’adipomastie (accumulation de graisses suite à une obésité) la musculation ne fera que faire pointer encore plus les tétons. Comment faire alors ?

 

Le traitement le plus efficace, le plus rapide et sans contrainte reste l’intervention chirurgicale.

Quelles sont les interventions chirurgicales existantes ?

Deux techniques ont été mises au point et éprouvées : la liposuccion et la mastectomie. La première consiste à aspirer des résidus graisseux, la seconde à retirer le tissu et la glande mammaire.

 

La lipo-gynécoplastie est une technique développée par le docteur Arbour qui donne d’excellents résultats. Elle se pratique sous anesthésie locale. Elle consiste à réaliser de mini-incisions dans le but de retirer la glande mammaire tout en égalisant les tissus par liposuccion.

 

Les avantages de cette technique :
  • anesthésie locale
  • un résultat régulier et esthétique obtenu rapidement
  • une récupération rapide (quelques jours à 2 semaines de convalescence)
  • elle peut être couplée à une liposuccion sur d’autres parties du corps
  • peu ou pas d’effets secondaires (il peut parfois arriver que la glande mammaire récidive ou que la peau se rétracte derrière le mamelon)

 

Après l’intervention, le patient pourra, après environ 4 semaines, commencer à se rendre à la salle de musculation. Il pourra développer des pectoraux et plus aucune gêne ni douleur ne devraient subsister.